L'enfant ou l'adodescent en surpoids

Selon une étude de la DREES, les collégiens en surpoids approchent les 20% dont environ 5% d’obèses.

Les recommandations aux parents sont qu’il n’est jamais trop tard pour les accompagner dans leur alimentation et qu’il ne faut pas s’inquiéter à condition de prendre en charge leur enfant ou adolescent le plus tôt possible.

En surpoids ou obèse, il est souvent confronté à des situations humiliantes et discriminatoires.

Cela peut occasionner un changement de comportement tel que le repli sur soi, le refus de participer aux cours d’activité physique et de porter des vêtements le mettant mal à l’aise.

Les enfants et adolescents en pleine croissance, ne peuvent faire l’objet d’un régime amaigrissant même lorsqu’ils sont en surpoids.

 

Alors, Parents, quelles sont les solutions ?

Il est recommandé de:

  •  Consulter en 1ere intention votre médecin de famille qui vous conseillera.

  • Consulter une diététicienne. Mon rôle Sera une écoute active des parents et l’adolescent.  Je proposerai un programme basé sur du rééquilibrage alimentaire ainsi que des conseils en tenant compte des gouts et des possibilités du patient.                                                                                                                                                                                                                       

La réussite de notre démarche implique bien sûr un engagement de la part de l’enfant ou de l’adolescent et impérativement celui des parents.

Lorsque l’enfant ou l’adolescent est motivé, que les conseils sont suivis avec l’aide active des parents, la perte de poids est effective.

 

Pour Aller plus loin

                                                         

 

L’adolescence constitue une période de changement importante sur les plans tant physique que psychologique et social.

L'adolescent voit sa taille, son poids, sa morphologie et sa composition corporelle se modifier. 50 % du poids à l’âge adulte est d’ailleurs gagné durant l’adolescence.

Entre 13 et 19 ans, les besoins nutritionnels sont à leur niveau maximal, liés à une phase de croissance rapide.

Durant la puberté, l’organisme acquiert environ 15 % de sa taille définitive (soit un gain de 7 à 9 cm par an) et 50 % de son poids de jeune adulte.

L’apport énergétique conseillé dépend du stade de la croissance, de facteurs génétiques, et du niveau d’activité physique.

Il est important d’assurer des apports suffisants en vitamines et minéraux indispensables tels que : 

  • Le Calcium
    La puberté permet d’acquérir 40 à 45 % de la masse osseuse. Le calcium est constituant majeur du squelette.
    On le trouve dans les produits laitiers, certains légumes, poissons et certaines eaux de boisson.
     
  • Le Fer
    Les filles ont des besoins supèrieurs à ceux des garçons, mais ils ont aussi besoin de cet oligoélément, du fait de l’accroissement de leur masse musculaire.
    Le fer d’origine animale issu des viandes, abats et fruits de mer, est nettement mieux assimilable. Le fer d’origine végétale est aussi très intéressant , on le trouve dans certains légumes secs comme les lentilles.
     
  • La Vitamine D
    Un déficit conjugué de vitamine D et de calcium pourrait limiter l’accroissement de la masse osseuse de l’adolescence.
    Disponible dans le foie de morue, le poisson gras, les œufs, les fromages, les abats, dans les laits enrichis en vitamine D.
    Dans les régions faiblement ensoleillées, le risque de carence est important.
     
  • La Vitamine B9
    Essentielle à la production des nouvelles cellules, la vitamine B9 est importante lors des phases de croissance.
    Elle se concentre dans les légumes de couleur verte (brocolis, épinards, salades…), les fruits secs oléagineux (amandes, noisettes…), les fromages, les œufs.
     
  • Le zinc
    Le zinc est un minéral essentiel dans le métabolisme des protéines et des graisses.  Il est important pour la croissance.


Les comportements alimentaires des adolescents

Entre 13 et 19 ans, ils oublient temporairement les bonnes habitudes alimentaires. Pour gagner en autonomie, ils ont besoin de manger comme leurs pairs, et de se détourner parfois des principes familiaux.

Les jeunes sont généralement attirés par des aliments à forte densité énergétique et durant la période de leur vie où leurs besoins énergétiques sont les plus importants, ce qui est normal.

Le rôle des parents est de continuer à proposer des repas bien structurés et équilibrés tout en respectant leurs préférences alimentaires le tout sans mettre trop de pression sur le contenu de leur assiette.