Le Lobby du Sucre

Quand le lobby du sucre truquait les études

Publié le 14/09/2016 à 20:36 | Le Point.fr

Durant des décennies, le lobby du sucre finançait des études pour rejeter la faute sur le gras à propos du développement des maladies cardio-vasculaires.

 

               

 

Le sucre a longtemps été disculpé alors que tout accusait les aliments gras.

Rôle du sucre sous-évalué

Selon ces études, les principaux responsables des maladies cardio-vasculaires étaient la matière grasse, dédouanant aussi le sucre. À la fin des années 1950, le sucre avait pourtant été pointé du doigt. Mais la Fondation pour la recherche sur le sucre (SRF) décide dans les années 1960 de commander une étude. Trois scientifiques sont choisis. Ils publient dans New England Journal of Medicine, prestigieux magazine, leurs enseignements : il faut réduire le cholestérol.

Conséquence : une obésité de masse

Cette étude a étouffé le débat sur le sucre et les maladies vasculaires et, dans le même temps, les régimes à faible teneur en matières grasses ont gagné l'adhésion des autorités sanitaires. »

Selon Stanton Glantz, auteur d'une autre étude,  les conséquences de ce mensonge sont terribles : « Cela a poussé beaucoup de gens à manger moins gras, mais plus sucré. Selon certains experts, ce changement de régime serait à l'origine de l'épidémie d'obésité que l'on connaît actuellement.

L'Association du sucre (ex-SRF) a réagi en attaquant l'un des auteurs de l'étude en l'accusant de vouloir s'aligner sur  « la tendance actuelle anti-sucre », comme le rapporte le Huffington Post.